07 novembre 2009

Etre outlaw en 2009

Quiconque a déjà essayé d'écrire une chanson le sait : Kris Kristofferson est un maître. Une des références insurpassables. Capable de remplir des wagons entiers de chefs d'oeuvre avec trois fois rien et autant d'accords. Mélodies simplistes mais vicieuses, portraits déchirants, slogans plus grands que la vie elle-même, tournures de phrases à se faire tatouer sur le torse — le père Kristofferson possède tous les trucs dans sa hotte, et délivre la bonne parole depuis plus de quarante ans. Comme il vient de sortir un nouveau disque et... [Lire la suite]

09 octobre 2009

Si la boisson ne me tue pas (son souvenir s'en chargera)

Ce bon vieux George Jones. Au pays d'Obama, c'est une légende vivante. Ici, on ne le connaît pas, ou mal. Il n'a pas encore été canonisé par un film hollywoodien. On le voit un peu comme leur Johnny à eux, un plouc, un bouseux. Au look pas possible, paillettes, brillantine et stetson. Sur la pochette de l'album, on a l'impression de voire un pote mafieux à JR Ewings. On imagine que les mains sont moites, que le poil sur le torse sent le cigare et le gin. Son histoire d'amour avec Tammy Wynette a été répandue dans les médias jusqu'à... [Lire la suite]
12 septembre 2009

Seul, aff'mé et méchant

Les Highwaymen... Pas un homme sain d'esprit qui n'aimerait leur ressembler, ou passer une soirée à boire avec eux en chantant de vieilles chansons d'Hank Williams. Si Kristofferson est le meilleur écrivain, Cash la légende gothique, Willie le papy sympa avec des tresses, quelle est la place de Waylon dans le tas ? Il n'a pas écrit beaucoup de chansons, c'est vrai... Mais son charisme goguenard, sa voix à la fois sirupeuse et hantée, et son personnage d'outlaw revenu de tout en font peut-être le plus attachant des quatre (jusqu'à ce... [Lire la suite]
10 septembre 2009

Monsieur Propre

Il s'agit donc d'un livre de Johnny Cash sur l'apôtre Saint Paul. C'est d'ailleurs exprimé avec des slogans publicitaires vaguement stupides sur la couverture, façon combat de boxe (« The man in black talks about the man in white », « Two legendary men. Two thousand years apart. Yet Remarkably Similar », etc) On pense à Spiritual ou à Where You There When They Crucified My Lord, en piochant au hasard dans tous les gospels somptueux de la légende country, et l'exercice paraît donc plus pertinent qu'un traité sur le dandysme par John... [Lire la suite]
Posté par Ernesto Violin à 10:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,