24 novembre 2009

2 + 2 = 5

(Article publié dans le cadre du concours de ce cher GOLB) C'est un peu comme les maths, à l'école. Seuls peuvent réellement comprendre Radiohead ceux qui sont nés avec la bosse de la bêtise. Autrement, on peut essayer tous les calculs, avec la meilleure foi du monde, ça ne rentre pas... Sous une vidéo des Highwaymen, sur YouTube, on peut lire ce commentaire : "c'est à qui aura la voix la plus grave". Avec les chimpanzés de Radiohead, on joue à "qui est atteint de la maladie la plus grave." En effet, quelle... [Lire la suite]
Posté par Ernesto Violin à 14:50 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

07 novembre 2009

Etre outlaw en 2009

Quiconque a déjà essayé d'écrire une chanson le sait : Kris Kristofferson est un maître. Une des références insurpassables. Capable de remplir des wagons entiers de chefs d'oeuvre avec trois fois rien et autant d'accords. Mélodies simplistes mais vicieuses, portraits déchirants, slogans plus grands que la vie elle-même, tournures de phrases à se faire tatouer sur le torse — le père Kristofferson possède tous les trucs dans sa hotte, et délivre la bonne parole depuis plus de quarante ans. Comme il vient de sortir un nouveau disque et... [Lire la suite]
05 novembre 2009

Un gros morceau d'amour

On ne va pas pinailler : après avoir vu la Jim Jones Revue il trois jours à l'UBU de Rennes, on ne s'en est toujours pas remis. On s'attendait certes à un bon coup de poing (les critiques de concerts font toutes état d'un blitz ultraviolent), mais à ce point... La soirée avait bien débuté (le DJ passant une sélection à base de Cramps, Stooges, Hoodoo Gurus, Sonics, etc.), le groupe de première partie assurait comme il faut, mais quand la Revue entre sur scène et balance les premiers accords, on comprend qu'on va assister à un... [Lire la suite]
04 novembre 2009

Yeah Yeah Yeah

The Beatles - Polythene PamCertes, choisir parmi le répertoire des Beatles une chanson d'une minute perdue au milieu du medley d'Abbey Road, c'est un peu vouloir jouer au malin. En général, le medley est considéré comme un ensemble homogène, un tout, pour reprendre l'expression consacrée, supérieur à la somme de ses parties. C'est d'ailleurs le coup de génie de cette fameuse face B, assembler des chutes et des brouillons pour en faire une suite dynamique et passionnante. Sauf qu'en l'occurrence, ce n'est pas pour jouer au malin, mais... [Lire la suite]
Posté par Ernesto Violin à 15:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
20 octobre 2009

LE DESESPERE - Léon Bloy

C'est devenu une évidence de commencer un article sur Léon Bloy en disant que personne ne le connaît, qu'il a été oublié de tous. Chaque critique du dimanche peut se présenter comme un passeur érudit à peu de frais. C'est irritant car, si on pouvait effectivement parler de conspiration du silence il y a vingt ans, Léon Bloy a (probablement parce que l'époque manque de vrais méchants) largement profité d'Internet pour devenir le secret littéraire le moins gardé de la toile. Tout lecteur un peu curieux est déjà forcément tombé sur son... [Lire la suite]
Posté par Ernesto Violin à 14:43 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
11 octobre 2009

Mozambique et fandango

Qu'est-ce qu'un grand album ? Qu'est-ce qui rend un album exceptionnel, intemporel ? Souvent, il doit comporter de grandes chansons, de très grandes chansons même, mais ça ne suffit pas. Il faut quelque chose en plus. Tout comme les grandes oeuvres littéraires restent profondément gravées dans l'imaginaire quand on a tourné la dernière page, un grand album doit bâtir un monde qui perdure après l'écoute. La carte d'un pays imaginaire où les chansons seraient placées comme des capitales. Il lui faut posséder une âme, quelque chose qui... [Lire la suite]

10 octobre 2009

Cha Ch'est Chouette

C'est très difficile de ne pas pisser de rire en entendant pour la première fois un disque de Pearls Before Swine. L'orgue est joué par un index atrophié qui domine tout le mix ; sur 11 morceaux, 10 sont construits sur la progression Ré -> Do majeur, avec des arpèges lénifiants (il faut imaginer If de Pink Floyd joué onze fois de suite) ; les paroles cryptiques n'ont ni queue ni tête (quand elles ne sont pas créditées à des tombes romaines, comme sur I Shall Not Care) ; la pochette reprend l'Enfer de Bosch, le Dante des craies de... [Lire la suite]
09 octobre 2009

Si la boisson ne me tue pas (son souvenir s'en chargera)

Ce bon vieux George Jones. Au pays d'Obama, c'est une légende vivante. Ici, on ne le connaît pas, ou mal. Il n'a pas encore été canonisé par un film hollywoodien. On le voit un peu comme leur Johnny à eux, un plouc, un bouseux. Au look pas possible, paillettes, brillantine et stetson. Sur la pochette de l'album, on a l'impression de voire un pote mafieux à JR Ewings. On imagine que les mains sont moites, que le poil sur le torse sent le cigare et le gin. Son histoire d'amour avec Tammy Wynette a été répandue dans les médias jusqu'à... [Lire la suite]
08 octobre 2009

LES COMEDIENS - Graham Greene

Livre enchanteur de Graham Greene, Les Comédiens ressemble à une mixture vaudoue faite de bric et de broc. A la fois peinture infernale de Haïti sous le règne de Papa Doc, farce anglaise cynique, roman d’amour, et quête mystique d’un sens au milieu du chaos. Autant dire qu’à part le décor, on retrouve donc tous les ingrédients d’un roman tardif de Greene, ce sublime catholique torturé : une ambiance digne des classiques du film d’espionnage, des dialogues nombreux et ciselés pour épaissir des personnages excentriques, et des... [Lire la suite]
22 septembre 2009

LE NAIN - Pär Lagerkvist

Le nain est méchant. Le nain est sale. Le nain sent sous les bras. En littérature, le nain n’a pas encore été touché par le politiquement correct : on ne l’appelle pas « personne de taille réduite », ou « personne à verticalité contrariée. » C’est au contraire souvent un individu désagréable, qui se livre à des larcins peu catholiques. Terré symboliquement dans les profondeurs, il poursuit des desseins obscurs, rêve de meurtres et d’hécatombes. Il est gardien d’un secret – celui d’une dégénérescence, d’une... [Lire la suite]
Posté par Ernesto Violin à 22:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,